Parking Victor Hugo

Photographe: 
Roland Halbe

TAILLANDIER ARCHITECTES ASSOCIES

A propos de l'agence
Activité: 
Architectes
Présentation: 

Taillandier Architectes Associés réalise des projets de maîtrise d’œuvre architecturale et urbaine depuis 1993, pour des Maîtres d’ouvrages publics et privés.

Les projets abordés sont variés tant par le programme, que par le contexte, géographique, rural ou urbain, que par...

Département: 
Description du projet: 

Le projet a pour objet la rénovation et l’extension d’un parking à Toulouse, avec modification du sens de circulation et modernisation du système de stationnement.

Le « Marché Parking » Victor Hugo, est situé à proximité de la place Wilson, non loin de la place du Capitole, au centre de Toulouse. Il est avantageusement implanté par rapport aux nombreux commerces, notamment de la rue Alsace Lorraine.

A l’origine, c’était la place du « Marché au bois », elle est dès sa création dédiée à un marché au bois, fourrage puis brocante. Elle prend le nom de Victor Hugo en 1886. En 1892, les marchés métalliques Victor Hugo, Les Carmes et Saint-Cyprien sont ouverts et forment ainsi un réseau à hauteur de la ville. Moderne et fonctionnel, Victor Hugo est le plus grand.

En 1959, on remplace la halle Baltard par un marché résolument contemporain, il est le premier marché-parking, premier parc de stationnement payant et plus grand marché couvert de la ville. Il est conçu par l’architecte toulousain Pierre Laffitte, associé à l’agence d’architecture Génard. L’édifice se rattache au mouvement moderne, à la fois de par son écriture architecturale et de son rapport à la ville. Sorte d’îlot-machine, conçu pour abriter les voitures, il met en scène leur ascension dans ses étages et leur stationnement au travers de ses façades dentelées, qui viennent répondre au rythme des fenêtres et balcons avoisinants. Le photographe Dieuzaide, fera des clichés de projet, qui peuvent être comparées à des toiles de Vasarely. 

Le projet s’inscrit dans un vaste plan de ville mené par Joan Busquets qui a retravaillé les avoisinants. Notre programme initial prévoyait une mise à niveau du marché avec la place et une ouverture de la façade, aujourd’hui close, rendant celui-ci introverti.

Si la fonction première du bâtiment est d’abriter un parking, son rez de chaussée est lui le cœur d’un quartier de bouche en abritant le marché Victor Hugo, réputé internationalement. Ce qui rythme la place Victor Hugo, c’est bien la temporalité du marché, parking voyant sa fréquentation fluctuer dans la journée. Les deux programmes juxtaposés Marché et Parking, impliquent un flux important qui pèse sur le tissu urbain dense. Le projet de Joan Busquets propose une homogénéité des sols à l’échelle de la ville et rend sa place aux piétons pour rendre l’espace plus dynamique et plus vivant.

Notre intervention sur le bâtiment a été de travailler sur les circulations verticales des piétons qui ont souffert des diverses additions. Initialement amples et en balcon sur la ville, elles sont aujourd’hui étriquées et peu pratiques. Nous avons voulu à la fois retrouver le projet initial de Laffitte, tout en le rendant compatible aux normes PMR actuelles. Le projet propose d’intégrer dans le volume du bâtiment l’ascenseur - greffé latéralement à la fin du 20ème siècle - pour retrouver le concept initial de Lafitte. Combinée à la reprise de l’escalier, cette démarche permet de rendre une visibilité à l’accès, grâce à une large faille. La circulation se matérialise par un voile béton préfabriqué peint en blanc, à l’identique du parking, qui renoue avec la simplicité et la plasticité du projet originel. La large faille qui accompagne l’escalier est composée de brises-vues horizontaux qui font écho aux brises-vues verticaux d’origines, des rampes d’accès des voitures. Cette disposition esthétique en claire voie permet un rétro éclairage de nuit qui marque l’entrée du parc de stationnement.

Pour la voiture, le système de rampe en double hélice, respectivement montante et descendante, se révèle difficile à appréhender. Passer d’un étage à l’autre n’est pas intuitif. L’ensemble de ces dispositifs permet de revoir le plan de stationnement en le rationnalisant pour des emplacements correspondant aux véhicules actuels, le nombre de places passe ainsi de 670 à 419. Cela s’accompagne de la démolition de l’accès sud et qui est reconstruit au droit du pignon et de l’inversion du sens d’accès des rampes sur la place.

Surface: 
10 000m2
Matériaux: 
Année de réalisation: 
Coût du projet: 
Entre 1M€ et 10M€
Département: 
Ville: 
Toulouse
Code Postal: 
31000

Plus de projets de l'agence TAILLANDIER ARCHITECTES ASSOCIES

  • Les Carrés de Bellefontaine - Toulouse

    Architecte associé : Jean-François Sirvain Architecte Au sud-ouest de Toulouse, "Les Carrés de Bellefontaine" proposent un programme mixte : bureaux, locaux associatifs, organisme de formation,... Lire la suite
  • Cité des Chercheurs - Toulouse

    Autour de l’ancienne piste aéropostale, au sein de la ZAC Toulouse Montaudran Aérospace à Toulouse , la résidence étudiantes de la Cité des chercheurs s’inscrit dans le projet urbain « Plaine Campus... Lire la suite
  • LE DOMAINE TOLOSAN

    Le projet : Réalisation d'une résidence en R+3 comprenant 129 logements mixtes (dont 9 villas) et 211 places de parking. Le Domaine Tolosan comporte quatre bâtiments de logements collectifs et neuf... Lire la suite